1949   LE CHEVAL DE BOIS 33.5X55.5.jpg

Maria Manton est née à Blida (Algérie) en 1910. Son père, militaire de carrière, y était alors basé.

Passionnée d'Egyptologie, elle entame des études supérieures dans ce domaine mais doit finalement renoncer à cause d'une maladie qui l'alite pendant plus d'un an. C'est à ce moment qu'elle commence à dessiner.

Après la guerre elle se rend à Paris, avec son mari Louis Nallard, où elle devient une figure majeure du Saint-Germain-des-Prés des années 50. Le couple occupe alors un hôtel rue du Vieux Colombier où viennent séjourner entre autres Robert Hossein, César et Serge Poliakoff. Ses gouaches, d'une abstraction très rigoureuse, sont exposées à la galerie Colette Allendy et à la galerie Lydia Conti où elles côtoient les oeuvres d'Hans Hartung, Gérard Schneider et Pierre Soulages.

Parallèlement, Maria Manton devient la secrétaire générale du Salon des Réalités Nouvelles, salon pour lequel elle s'investira énormément toute sa vie.

Son travail évolue dans le temps, les couleurs, les formes, les motifs changent. Elle se détache petit à petit de cette abstraction absolue qui lui était si chère dans les années 50.
Sans être figurative, on voit apparaître dans ses tableaux des paysages naturels, des constructions architecturales, des silhouettes humaines, fruits de ses nombreux voyages au bord de la Méditerranées.

Les expositions personnelles se succèdent, ses oeuvres entrent dans les collections des plus grands musées français et c'est en 2003, à la veille d'une exposition appelée « Mère Algérie », organisée par le Musée de Villeneuve-sur-Lot, où sont exposées parmis d'autres Manessier, Bouqueton, Nalllard et Tibouchi, que Maria Manton s'éteint à l'âge de 93 ans.